Fabriquer une teinture-mère

Avant de commencer à travailler avec les herbes de façon régulière, j’étais toujours intrigué par l’allée de teinture-mères de notre pharmacie du coin. Je me souviens l’avoir parcourue un jour en me rendant à la section des probiotiques et d’avoir pensé: «Waouh! Regardez-moi ce stock ! » 


Ce magasin en particulier disposait littéralement d’une gamme complète de teintures de toutes les marques. J’avais l’habitude de rester là et de regarder à travers toutes les différentes options et de me demander à quoi pouvaient-elles bien servir. Je m’arrête encore parfois et je navigue dans la section «Teinture-mère» de la coopérative locale. Elles ne m’intriguent plus car du coup, j’en fabrique moi-même !
Il existe 3 manières principales de fabriquer des teintures. Avec de l’alcool, du vinaigre de cidre ou de la glycérine. Nous allons nous concentrer sur la méthode la plus simple aujourd’hui et effective en mon sens.


Les teintures à base d’alcool
Les teintures à base d’alcool sont des extraits d’herbes liquides à base d’alcool de haute qualité, généralement au moins 80% vol, et de matières végétales fraîches ou séchées. C’est le type de teinture le plus populaire, car l’alcool est très efficace pour extraire la plupart des composés médicinaux présents dans nos herbes et parce que les teintures à base d’alcool sont incroyablement stables. Ils peuvent durer de nombreuses années sans perdre leur puissance (à la maison j’en ai depuis 2010), ce qui en fait l’un des moyens les plus durables et les plus efficaces de conserver les herbes à long terme. En particulier si l’herbe est rare ou à croissance lente. Les teintures à base d’alcool sont également faciles et pratiques pour les personnes qui veulent prendre des herbes lorsqu’elles se déplacent, lors de journées bien remplies ou lorsqu’elles n’ont pas accès aux herbes fraîches parce qu’elles sont hors saison ou qu’elles ne sont pas cultivées localement.


Pour fabriquer une teinture à base d’alcool en utilisant la méthode la plus simple, vous pouvez utiliser du matériel végétal frais ou séché. Les alcools les plus populaires sont la vodka et le cognac, mais vous pouvez utiliser à peu près n’importe quoi dans la mesure où vous avez au moins 80% de volume d’alcool. Remplissez un récipient en verre propre et sec environ aux deux tiers avec votre herbe fraîche ou séchée et versez de l’alcool sur le matériel végétal jusqu’à ce qu’il soit recouvert d’au moins un pouce de liquide. Placez une feuille de papier ciré ou de lin ciré entre le couvercle de votre pot et le pot, puis fermez le couvercle. 
Conservez la teinture dans un endroit sombre et frais, à l’abri de la lumière et de la chaleur, et laissez le matériel végétal macérer dans l’alcool pendant 4 à 6 semaines. Vous pouvez le secouer de temps en temps lorsque vous ouvrez le placard si vous le souhaitez. Au bout de 4 à 6 semaines, filtrez l’herbe de l’alcool à l’aide d’un tamis à mailles fines doublé de toile à fromage. Serrez bien la toile à fromage à la fin (ou utilisez une presse, si vous en avez une) pour vous assurer que vous allez jusqu’à la dernière goutte possible, puis versez votre teinture finie dans une bouteille propre et sèche. 

Macération de plantes médicinales dans l’alcool


J’aime utiliser des bouteilles de verre ambré pour mes teintures. Ajoutez une étiquette indiquant le type d’herbe que vous avez utilisée, l’origine et l’année de récolte, si vous l’avez cultivée vous-même, le type d’alcool que vous avez utilisé et la date à laquelle vous l’avez tendue. Conservez la teinture finie à l’abri de la lumière et de la chaleur.


Et voilà ! Vous avez votre remède naturel et ce, pendant des années à votre disposition.
Pour ce qui est du dosage des teintures-mères, ils sont généralement semblales à ce qui suis :
10 à 15 gouttes 3 fois par jours dans un grand verre d’eau.

Herboristiquement vôtre !

François Roger

Herboriste Folklorique

François est un herboriste, aromathérapeute, olfactothérapeute et jardinier écologique. Il cultive et récolte plus d’une centaine de types de plantes aromatiques et médicinales pour sa propre officine et distille des huiles essentielles et des hydrolats dans son jardin. Vous souhaitez en savoir plus sur les ateliers et formation ? C’est par ici ! Le Saviez-Vous ? Tout au long de l’année Folk Officinalis reçois des bénévoles en Hongrie. Venez m’aider à bâtir, retourner la terre, cultiver et récolter dans une ambiance à la bonne franquette. Plus de renseignement ici

Préparation d’un baume pour pieds secs

Lorsque j’ai commencé à créer mes propres produits de soin, la première chose que j’ai voulu recréer était mon baume préféré pour les pieds. La société qui l’avait fabriquée à l’origine, avait finie par été rachetée par une marque plus grande et avait changé la formule. Du coup il y avait toute une série d’ingrédients que je ne voulais pas utiliser sur ma peau. Je savais que je ne l’achèterais plus, mais l’ancienne formule m’étant chère, je me suis donc lancé dans sa fabrication.

C’est la recette que j’ai imaginé et je l’aime toujours autant ! C’est un excellent cadeau pour les proches qui souffrent de pieds secs ou de talons craquelés.

Fonte de la cire d’abeilles au bain marie

Ingrédients et Fournitures

– 100ml d’huile de graine de tournesol biologique non raffinée

– 50ml d’huile de noix de coco biologique non raffinée

– 1OOgr de cire d’abeille

– 20 gouttes d’huile essentielle de lavande (angustifolia)

– 12 gouttes d’huile essentielle de romarin à cinéole

– 4 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse (italicum)

– Boites de conserves ou contenant en verre (Jamais de plastique)

Boite ronde en aluminium remplie de mon mélange

Instructions

Faites fondre la cire d’abeille à feu doux au bain-marie. Une fois fondu, retirez du feu.
Incorporer l’huile de coco et l’huile de tournesol (dans cet ordre). Rallumez la chaleur si nécessaire pour atteindre un état liquide, mais généralement, si vous les remuez pendant une minute, ils s’intègrent bien.

Ajoutez les huiles essentielles au mélange et mélangez jusqu’à ce qu’elles soient bien incorporées.
Verser dans des moules et laisser reposer jusqu’à refroidissement complet.
Ajoutez votre étiquette avec les ingrédients et la date à laquelle vous avez fabriqué le produit et profitez-en!

En prenant bien soin de toujours se laver les mains avant utilisation et de refermer le couvercle correctement, vos baumes peuvent êtres conservés pendant 6 à 8 mois.

Herboristiquement vôtre !

François Roger

Herboriste Folklorique

François est un herboriste, aromathérapeute, olfactothérapeute et jardinier écologique. Il cultive et récolte plus d’une centaine de types de plantes aromatiques et médicinales pour sa propre officine et distille des huiles essentielles et des hydrolats dans son jardin. Vous souhaitez en savoir plus sur les ateliers et formation ? C’est par ici !

Le Saviez-Vous ? Tout au long de l’année Folk Officinalis reçois des bénévoles en Hongrie. Venez m’aider à bâtir, retourner la terre, cultiver et récolter dans une ambiance à la bonne franquette. Plus de renseignement ici

Comment faire une infusion nourrissante aux herbes

infusion nourrissante fok officinalis

Une infusion est une grande quantité d’herbe brassée pendant une longue période. En règle générale, 30gr (environ une tasse en volume) d’herbe séchée est placée dans un pot qui est ensuite rempli jusqu’au sommet avec de l’eau bouillante, bien fermé et que l’on laisse infuser pendant 4 à 10 heures. Après avoir filtré, une tasse ou plus est consommée, et le reste refroidi pour ralentir la détérioration.

L’idéal c’est d’en boire 2 à 4 tasses par jour. Puisque les minéraux et autres composés phytochimiques contenus dans les herbes sont rendus plus accessibles par le séchage, les herbes séchées sont considérées comme les meilleures pour les infusions. Je fais mes infusions la nuit avant d’aller me coucher et elles sont prêtes le lendemain matin. Je mets mon herbe dans mon pot (Contenant de 1,5L) et mon eau dans la casserole et la casserole sur le feu, puis patiente tranquillement jusqu’à ce que la bouilloire siffle. Je verse l’eau bouillante jusqu’au bord du bocal, visse un couvercle hermétique, éteint la lumière, et vais au lit. Le matin, je filtre ma matière végétale en pressant bien puis en bois le liquide. Je préfère que ce soit glacé, à moins que la matinée soit glaciale. Dans ce cas je réchauffe sur un radiateur ou dans une casserole. Bien entendu le micro-ondes est proscrit.

Je bois mes 1.5 litres d’infusion dans la journée ou jusqu’à ce qu’elle se gâte. Ensuite, je l’utilise pour arroser mes plantes d’intérieur ou pour le rincer sur mes cheveux après le lavage. Mes plantes d’infusion préférées sont l’ortie, le pissenlit, le trèfle rouge et la sauge, mais une à la fois. J’aurai tendance à conseiller de ne jamais mélanger les herbes lorsque vous faites des infusions aux herbes nourrissantes. Car même si elles sont 100% sans dangers, il est bon d’avoir précisément en tête ce que l’on a bu si un évènement physique quelconque pouvait intervenir au cours de la journée.

Les tanins dans le trèfle rouge me fait plisser les lèvres et me donne une sensation de chair râpeuse, alors j’y ajoute un peu de menthe sèche, mais tout juste de quoi pour aromatiser légèrement l’infusion. La menthe me maintient une haleine fraiche et me maintient l’esprit éveillé ! C’est aussi un excellent moyen de palier à l’utilisation du miel. Car ce qui est bon aussi, c’est de ne pas amener de sucres ou autres matières à ce qui existe déjà dans votre herbe.

Herboristiquement Vôtre,

François Roger
Herboriste Folklorique
contact@folkofficinalis.com
www.folkofficinalis.com

P.S. Les réservations pour le Programme de Mentorat en médecine traditionnelle folklorique Européenne sont ouvertes et doivent se faire via le site internet à cette adresse : https://folkofficinalis.com/mentorat-herboristerie-folklorique-medecine-naturelle/

Dynamiser, reminéraliser, nourrir… Du Millepertuis à l’Ortie

folk officinalis millepertuis

L’hiver n’est franchement pas ma saison. J’aime la neige et le froid ; Je sollicite l’obscurité profonde et nourrissante ; Mais j’ai beaucoup de mal à me recharger pendant cette saison. Certes les organismes présents sur cette terre en profitent pour se recharger. Moi c’est un peu le contraire. Je perds tout ce que j’ai emmagasiné tout au long de l’année. Ok, sauf les kilos en trop. Mais ça c’est une autre histoire.

Bref, l’hiver n’est pas fait pour tout le monde. J’ajoute même que pour certains, l’hiver est une période de tristesse et d’épuisement. La réduction des heures de jour peut amener le marasme. Trop d’autorisations de boire de l’alcool et de manger des sucres raffinés peuvent vous laisser comme une sensation moins vive, voire plombée. Il existe de nombreux remèdes pour ceux qui souhaitent que le printemps arrive au coin de la rue, mais les deux que j’aime le mieux sont le millepertuis et l’ortie. Le millepertuis (Hypericum perforatum), peu importe d’ailleurs comment vous l’appelez, cette plante à fleurs jaunes est une vraie amoureuse du soleil. Elle absorbe le plus de soleil possible tout l’été, allant même jusqu’à s’étendre horizontalement pour capter ses rayons.

Et elle stock ce soleil éclatant dans ses feuilles et ses fleurs, que je récolte dans la chaleur de juillet et en extrait ses propriétés dans une teinture-mère. Si vous n’avez pas eu le temps de vous en préparer l’été dernier, vous pouvez bien-sûr l’acheter ici. Je profite de la magie curative de cette plante en prenant 10 gouttes de teinture-mère dans un verre d’eau ou d’infusion deux fois par jour. Cela m’aide à chasser le blues et les coups de mou. Les études semblent confondre la presse populaire, mais la médecine scientifique en est convaincue : Le millepertuis est aussi efficace pour altérer l’humeur, même chez les patients sévèrement déprimés, que les médicaments les plus couramment utilisés. Et je dirai même plus, de fortes doses de teinture n’auront aucuns effets secondaires. Cependant, faites attention, car cette teinture-mère peut nuire à l’efficacité des médicaments que vous prenez. Pour des raisons de sécurité, je n’utilise que de la teinture Hypericum, et rien d’autre. Puisque le millepertuis est également un puissant antiviral, il fait double action. Prendre plusieurs gouttes par jour peut réduire considérablement le nombre et la gravité des épisodes de rhume et de grippe. Et cela rend tout le monde heureux et en bonne santé.

L’Ortie ( Urtica dioica ) est une mauvaise herbe commune invasive qui se trouve dans une grande partie du monde. L’herbe séchée constitue une infusion nourrissante à base de plantes qui contient plus d’énergie par tasse que tout autre stimulant, sans les inconvénients de la caféine ou d’herbes chaudes comme le poivre de Cayenne et le gingembre.

Adolescents fatigués, nouvelles mamans privées de sommeil, cadres stressés, femmes ménopausées éveillées et individus de tous âges dépendent de l’ortie pour restaurer leur humeur, retrouver de l’énergie et garantir un sommeil réparateur. L’ortie est incroyablement riche en protéines, en vitamines et en minéraux. En particulier en oligo-éléments essentiels : sélénium anticancéreux, soufre renforçant l’immunité, zinc améliorant la mémoire, chrome chassant le diabète et bore renforçant les os. Une pinte d’infusion d’ortie contient plus de 1 000 milligrammes de calcium, 15 000 UI de vitamine A, 760 milligrammes de vitamine K, 10% de protéines et des quantités généreuses de la plupart des vitamines du groupe B. Aucune nutrition plus dense ne se trouve dans aucune plante, pas même les algues ; et l’ortie est beaucoup plus abordable que n’importe quel supplément. Mais nous devons consommer beaucoup d’ortie pour en obtenir une nutrition puissante. A la maison j’utilise une bonne poignée d’orties séchées dans un litre d’eau pour créer une infusion qui nourrit ma capacité de penser et soutient mon envie de travailler. Infuser de l’ortie maximise également ses effets énergisants.

Les thés et les gélules d’ortie contiennent trop peu d’herbe pour faire la différence en termes de vigueur. Pour faire l’expérience du miracle de l’ortie, vous devrez prendre le temps de faire une véritable infusion. Il s’agit bien là de laisser votre herbe infuser au moins pendant 2 heures. Un de mes étudiant m’a écrit il y a quelques temps pour me venter des bienfaits de l’infusion d’Urtica. Il était en pleine période de stress au travail et a réussi à se dynamiser en toute simplicité et à faire face à ses problématiques sans pour autant y laisser plus d’énergie qu’à l’habitude. L’ortie fabrique de l’énergie de l’intérieur en nourrissant les glandes surrénales, ce que je qualifie de « centre d’énergie ». L’ortie apporte en douceur et en permanence une nourriture optimale à chaque cellule du corps et dessine avec le temps un sourire sur votre visage. Étant donné que les minéraux contenus dans les infusions d’ortie sont polarisés vers le sang, ils sont littéralement magnétisés dans le flux sanguin sans qu’il soit nécessaire de les digérer. Boire un verre d’infusion d’ortie froide apporte tant de nourriture dans le sang… Vous vous sentirez revigoré en seulement quelques jours. Je peux vous l’assurer !

Pour ma part je bois 4-5 litres par semaine d’infusion d’ortie. Non seulement cela augmente mon capital énergétique, m’apporte brillance et élasticité aux cheveux (même si je n’en ai plus beaucoup), renforce mes ongles, nettoie et raffermit ma peau et redonne de l’élasticité à mes vaisseaux sanguins. C’est sans mentionner qu’une infusion régulière d’ortie abaisse la pression artérielle et le cholestérol, améliore la digestion, réduit le risque de cancer et renforce les poumons. Enfin je pourrai passer des heures à vous parler des propriétés de ces deux plantes tellement celles-ci sont extraordinaires…

Herboristiquement Vôtre,

François Roger
Herboriste Folklorique

François est un herboriste, aromathérapeute, olfactothérapeute et jardinier écologique. Il cultive plus d’une centaine de types de plantes aromatiques et médicinales pour sa propre officine et distille des huiles essentielles et des hydrolats dans son jardin. Vous souhaitez en savoir plus sur les ateliers et formation ? C’est par ici !

Le Saviez-Vous ? Tout au long de l’année Folk Officinalis reçois des bénévoles en Hongrie. Venez m’aider à bâtir, retourner la terre, cultiver et récolter dans une ambiance à la bonne franquette. Plus de renseignement ici

P.S. Les réservations pour le Programme de Mentorat en médecine traditionnelle folklorique Européenne sont ouvertes et doivent se faire via le site internet à cette adresse : https://folkofficinalis.com/mentorat-herboristerie-folklorique-medecine-naturelle/

Faire la vaisselle, ou comment s’empoisonner !

Les molécules chimiques et synthétiques dans nos cosmétiques et produits d’entretiens…

Cela ne date pas d’aujourd’hui, mais saviez-vous que l’ingrédient actif des savons antimicrobiens et des produits de soins personnels provoque des lésions graves au cerveau, au niveau des fonctions nerveuses ? Rien de surprenant : je préviens mes élèves à ce sujet depuis des années.

Voici son joli petit nom : Méthylisothiazolinone. On le trouve dans les savons antimicrobiens, les savons pour les mains, le produit vaisselle et un nombre surprenant de produits de soins personnels. Les gens achètent ces produits pensants qu’ils se protègent des microbes infectieux. Ils pensent que cela les rend insensibles aux virus et aux bactéries qui pourraient se trouver dans leurs salles de bains ou leurs cuisines. Ils participent donc à la propagation de la mythologie de l’utilisation de savons antimicrobiens pour créer un environnement stérile chez eux. Cette mythologie a été promue par les fabricants de ces produits qui, grâce à une publicité intelligente, propagent la fausse information que les bactéries présentes sur le comptoir de la cuisine et dans la salle de bain sont responsables des maladies. Mais la réalité est que, dans tous les cas, nous ne vivons pas dans un environnement stérile.

La seule chose qui vous empêche de tomber malade est un système immunitaire en bonne santé. Nous sommes exposés à des bactéries et à des virus littéralement des centaines de milliers de fois par jour. C’est notre système immunitaire qui gère ces menaces et assure notre sécurité, pas un savon antimicrobien. Mais beaucoup de consommateurs ne comprennent pas cela. Ils pensent pouvoir rendre leurs maisons impeccables. En utilisant un savon antimicrobien, ils pensent pouvoir créer une salle blanche pour biorisques de niveau 4 dans leur cuisine et que cela les protégera d’une manière ou d’une autre de la maladie. Mais la réalité est qu’ils se donnent des troubles du système nerveux tout en favorisant la multiplication de souches de bactéries résistantes. Et grâce aux dommages du système nerveux causés par ces ingrédients antimicrobiens, les gens accélèrent probablement la maladie d’Alzheimer en utilisant ces produits. Sans aucun doute, ils ont également un impact sur la capacité d’apprentissage de leurs enfants en empoisonnant leur système nerveux. Il s’avère que cet ingrédient actif est chimiquement similaire à l’Agent Orange. C’est vrai, c’était l’arme de destruction massive utilisée au Vietnam. Et bien qu’il ne soit pas exact de dire qu’il y a un Agent Orange dans votre savon antimicrobien, il existe en revanche un composé chimique qui a des fonctions et une structure moléculaire similaires.

Du coup, après réflexion, souhaitez-vous toujours en badigeonner votre vaisselle ? Vous ne me croyez pas ?

Pourtant, c’est précisément ce que des millions de gens dans le monde font chaque jour lorsqu’ils utilisent ces produits. Ils déposent une fine pellicule de produits chimiques neurotoxiques sur leurs assiettes et verres, puis en boivent et en mangent. Il existe un grand nombre de poisons dangereux dans la maison de monsieur tout le monde. Le cagibi, ou le meuble en dessous de votre évier sont chargés de produits chimiques toxiques. Je tire la sonnette d’alarme en classe depuis des années, mais la plupart des gens se contentent de rire et de dire : “Si ces choses étaient dangereuses, elles ne seraient pas légales !” Pourtant, ils restent parfaitement légaux et assez dangereux en même temps.

Par exemple, la plupart des gens utilisent des parfums d’intérieur, sous forme de bâtonnets diffuseurs, de bougies ou de pots-pourris. Et ces parfums ne sont pas des huiles essentielles récoltées dans des champs sauvages, mais des produits chimiques de synthèse, fabriqués dans une usine de produits chimiques, et beaucoup sont hautement cancérigènes. A noter que quand bien même il s’agirait d’huiles essentielles comme certaines marques s’en ventent, celle-ci restent très volatiles et pour la plupart neurotoxiques. Ainsi, après avoir parfumer les intérieurs afin d’en enlever les mauvaises odeurs, de fines couches de particules toxiques se déposent un peu partout dans la maison. En d’autres termes, ça sent bon chez vous, mais l’air y est terriblement nocif. Une récente étude à démontrée que les produits spray assainissant aux huiles essentielles vous laissent une maison encore plus dangereuse qu’avant si vous n’ouvrez pas la fenêtre après diffusion.

Vous voyez ou je veux en venir ? Votre maison est contaminée. Vous utilisez votre spray dit « Naturel » et par la suite vous devez ouvrir la fenêtre afin d’éviter de vous rendre malade par cette dose de nature dont on vend les mérites assainissant.

Aujourd’hui, pour parer à une demande toujours plus grande dans le secteur du Bio et du 100% naturel, les gens ont des savons antimicrobiens, des assouplissants et lessives avec des produits chimiques hautement toxiques ; et il y a des gens qui utilisent toutes sortes de parfums d’intérieur qui sont également chargés de produits chimiques cancérigènes. Vous avez des gens qui mettent du déodorant sous les aisselles et ce déodorant contient de l’aluminium qui favorise la démence et la maladie d’Alzheimer. Et si cela ne suffit pas, nous avons les shampooings qui sont également chargés de toutes sortes de produits chimiques toxiques, ainsi que les produits de nettoyage contenant des solvants qui favorisent directement le cancer ainsi que les anomalies congénitales. Et je ne vous parle même pas de nourriture, parce que la nourriture chez l’habitant contient encore plus de produits chimiques toxiques. Mais bon, je couvrirai cela dans un autre article.

Alors, que faites-vous à propos de tout cela ?

Certaines personnes me disent “François Roger, tu es vraiment paranoïaque à propos de tous ces produits.” Pas vraiment, en fait je fais attention à seulement ceux qui causent des cancers et autres maladies chroniques. Du reste, je vais bien avec tous les autres produits. Le fait est que vous ne pouvez pas trouver ces produits sains dans votre épicerie habituelle et encore moins en grande surface. Vous devez vous rendre dans un magasin Bio ou dans une épicerie naturelle et connaître les sources de ces produits. Vous devez être assez intelligent pour lire les étiquettes des ingrédients et comprendre le contenu de ces produits. Et ensuite, vous devez vous éduquer en lisant des articles comme celui-ci pour savoir ce qui est sain pour votre corps et ce qui ne l’est pas. Ce n’est pas si difficile à comprendre.

Ce n’est pas sorcier de comprendre que le corps humain n’est pas un dépotoir toxique (peu importe ce que les fabricants de produits de consommation essaient de vous convaincre de croire). La vaste majorité de ces produits chimiques dont je parle sont considérés par FNADE comme des dangers pour l’environnement. Et pourtant, il est parfaitement légal pour les fabricants de les intégrer à leurs produits et de permettre indirectement aux consommateurs de les intégrer. Vous pourriez être arrêté si vous déversiez ces mêmes produits chimiques dans un cour d’eau – cela constituerait une violation de la loi fédérale. Et pourtant, vous les insérez tous les jours dans votre corps.

Alors mon conseil, participez à des ateliers cosmétiques et produits ménagers alternatifs dans votre région. Débarrassez-vous de vos shampoings qui ne contiennent que 1% de matière organique, mais qui s’appelle malgré tout Shampoing Soin Huile d’Olive de l’Orient Bio ! Optez pour des déodorants naturels faits maison ou achetés dans des boutiques spéciales. ET par pitié, arrêtez de diffuser des parfums d’intérieurs de chez Nature et découvertes et apprenez à fabriquer vos propres diffusions. Dans mes ateliers j’offre aux participants des recettes faciles, sans contraintes et peu onéreuses.

Voici le lien sur lequel vous pouvez avoir accès à toutes les dates de mes évènements : https://www.facebook.com/pg/FolkOfficinalis/events/

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans l’apprentissage d’une vie un peu plus saine, mais surtout acquérir une certaine autonomie, vous avez le Mentorat. Idem, les informations sont disponibles sur le lien suivant : https://folkofficinalis.com/mentorat-herboristerie-folklorique-medecine-naturelle/

Enfin, si ni l’un ni l’autre vous sont accessible pour des raisons de distances ou dates, envoyez moi un message à info@folkofficinalis.com je me ferai un plaisir de vous aiguiller vers des confrères de votre région.

Herboristiquement Vôtre,

François Roger
Herboriste Folklorique
contact@folkofficinalis.com
www.folkofficinalis.com

P.S. Les réservations pour le Programme de Mentorat en médecine traditionnelle folklorique Européenne sont ouvertes et doivent se faire via le site internet à cette adresse : https://folkofficinalis.com/mentorat-herboristerie-folklorique-medecine-naturelle/