Pour moi, cela a commencé par les anciens. Ma grand-mère recevait de temps en temps ses amis(e) avec lesquels elle travaillait chez SOLEX. (Vous souvenez-vous de cette marque de vélos à moteur ? J’ai eu mon premier bolide à l’âge de 12 ans ! Quelle joie lorsque mes parents me laissaient rouler en pleine campagne avec;)

Le travail à l’usine les avait achevé. Ils étaient à la retraite, et ont certainement attendu ce stade de vie pour commencer à se plaindre. Mais pas se plaindre des conditions de travail endurées, pas question. Non, le mal dont ils parlaient était un mal venant d’une pathologie beaucoup plus vicieuse que celles provoquées par la fatigue de l’esprit. Un mal d’une empreinte génétique ajoutée à celle d’une usure du corps. L’on parlait de douleurs aux genoux, aux mains, de maux de dos et de pieds déformés aux extrémités douloureuses.

Plus tard, ce fut mes parents. Eux, c’était des sciatiques (c’est toujours le cas). Impossible de passer la tondeuse, bêcher le potager, conduire plus d’une heure sans finir avec une ceinture lombaire et un antidouleur. Ce qui devait être un weekend relaxant en campagne après une semaine éreintante au bureau se transformait deux à trois fois par an en un supplice.

Ces 3 dernières années j’ai pu travailler avec des personnes atteintes de douleurs chroniques, dont les nerfs sont à vif, les os font mal et les muscles restent contractés en permanence. Sans oublier l’épuisement moral s’ajoutant à la pathologie. Pathologie émergente qui a pour but de nous bouffer la vie et de toucher au plus grand nombre !

Il y a maintenant un peu plus d’un an, mon corps a été victime d’une hernie. S’en est enchainé une avalanche de symptômes… Perte de l’équilibre, compensation musculaire (donc épuisement), douleur du milieu du dos jusqu’au bout des doigts de pieds (24h/24 et 7j/7). Plus de possibilités de marcher ou dormir sans douleur, incapacité totale de garder la position assise… Je vous laisse imaginer l’environnement dans lequel j’ai pataugé jusqu’à il y a encore 2 semaines ! Il n’y a que quelques jours que je peux rester assis plus de 5 minutes sur une chaise sans vouloir me tordre d’inconfort et finissant par me lever et marcher. Marcher pendant des heures et se dire tant pis ! Je serai le cordonnier le plus mal chaussé, mais au moins, ça me soulage ! Faut dire que je finissais aussi par me coucher sur le ventre en public, un peu n’importe où du moment que je pouvais relâcher le tout, un court instant.

Alors je ne vais pas rentrer dans les méandres de toutes les prescriptions et avis médicaux que j’ai pu recevoir. J’ai eu la chance de pouvoir être pris en charge par de très bons spécialistes. Cependant, il est arrivé un point ou même les anti-maux n’y faisaient plus rien.

Tous les remèdes, y compris les miens m’aidaient. Mais ce n’était pas assez.

C’est alors que je me suis tourné vers le chanvre. En fait, je savais que je pouvais l’utiliser, mais pour se faire livrer dans mon pays, c’est un peu compliqué. Sauf si, cela vient d’une boutique qui se vante d’importer des produits bio sous forme de gélules te me fait payer le tout, des sommes exorbitantes. J’ai donc potassé et me suis renseigné sur la possibilité de faire pousser du chanvre dans mon jardin. Cette plante étant cultivée pour ses fibres, son huile et tout le reste… Me suis dit pourquoi pas moi ?! Les semaines passent et me voilà donc avec une belle rangée de plants bien verts et bien enraciné prêt à être exploités.

La suite vous la connaissez, et pour ceux qui souhaitent revoir le processus bien il faut aller regarder les vidéos dans l’onglet vidéo de cette page. Des racines j’en ai fait des teintures-mères. Des feuilles et tiges, des macérâts huileux. Et le tout m’a permis de fabriquer un baume doublement infusé ! Doublement infusé, c’est lorsque je fais un macérât huileux et que j’infuse deux fois des nouvelles matières végétales dans la même huile. J’obtiens alors un mélange puissant.

Après des mois de travail acharné, j’ai pu commencer à utiliser ce baume sur moi, et le distribuer à mon entourage. Rapidement j’ai eu des retours positifs. Par exemple, le premier retour fut celui de mon corps me remerciant de le détendre ainsi que de le nourrir. Ensuite, tout le monde en redemande ! C’est que ça marche !

Voici donc mon baume au chanvre doublement infusé. Il se présente sous la forme de 30 ml. À noter que même si vous en ressentez les effets presque immédiats, ce baume est là pour vous rappeler qu’il faut prendre le temps de bien se masser, se bichonner, et se nourrir.

PRENEZ LE TEMPS POUR VOUS !
Disponible à cette adresse : https://folkofficinalis.com/product/baume-cbd-articulations/

Herboristiquement votre,

François.